Petites immensités • Fotokino • des artistes et des livres que l’on admire • some artists and books we love.



︎


15. Le bambou de Matisse

Évoquant la réalisation de La Danse, la célèbre décoration murale du palais du Docteur Barnes, Matisse se rappelait : « Mon but a été de traduire la peinture en architecture, de faire de la fresque l’équivalent du ciment ou de la pierre. » Toute peinture murale est contextuelle, le choix de la composition et des couleurs employées nait du lieu qu’elle habite, de la surface qu’elle recouvre, et des dimensions qui la contiennent. C’est en se confrontant aux difficultés à mettre en forme l’idée qu’il avait de cette Danse, et l’impossibilité de mettre au carreau ses esquisses, qu’il va employer une nouvelle méthode. Dans une photographie prise durant la réalisation de la deuxième version, en 1931, on le voit tenir un long bambou à bout de bras : « Lorsque je voulus faire des esquisses sur trois toiles d’un mètre, je n’y arrivais pas. Finalement, je pris trois toiles de cinq mètres, aux dimensions même de la paroi, et un jour, armé d’un fusain au bout d’un long bambou, je me mis à dessiner tout d’un seul coup. C’était en moi comme un rythme qui me portait. J’avais la surface dans la tête. » Cependant le dessin fini, les couleurs dictaient d’autres formes. Impossible d’avancer simultanément sur le terrain de la couleur, de l’espace et de la composition. C’est ainsi qu’il mettra au point pour la première fois, tout en continuant à utiliser sa « baguette de magicien », sa technique des papiers découpés. Car avant qu’elle en devienne un art à part entière, dans les années 1940, elle fut alors le moyen pour Matisse, alors âgé d’une soixantaine d’années, de pouvoir travailler à grande échelle sans s’épuiser, tout en tâtonnant, en cherchant, en éprouvant ses idées à l’échelle de l’œuvre finale.

Par la suite, il aura recours à son bambou très souvent, en particulier durant la réalisation des vitraux de la Chapelle de Vence. Assis ou debout, la longueur du bâton lui permet de considérer les formes en train de naître à une certaine distance, à échelle 1, et ainsi d’être dans la position du créateur tout autant que du regardeur. Dans son atelier de Nice, malade, affaibli, Matisse utilisera également son bambou comme la baguette d’un instituteur, dictant à ses assistantes où épingler aux murs de son atelier les formes découpées dans les papiers gouachés. ︎ Photos 
© Lucien Hervé, Walter Carone, D.R.